27.1.07

La vérité sur Corine F.

A l'heure où l'on a cessé de compter les nouveaux blogs paraissant chaque jour sur la Toile, tel un flux désordonné recouvrant sans arrêt les paroles prononcées, et semblant les réécrire indéfiniment à chaque nouvelle marée, la question, lancinante, mérite d'être posée : qu'est devenue Corine F. ? Comme nombre d'entre vous, j'étais moi aussi une lectrice assidue, monomaniaque et acharnée, de son carnet web. Pour rien au monde je n'aurais manqué, en allumant mon ordinateur le matin, les billets subtils, sensibles et aériens, qu'elle postait quotidiennement sur cet espace personnel dont je foulais les pages avec dévotion, et respect.


......................................................(photo Antoine)

Un mot, d'abord, sur la fermeture brutale de son blog, certaines lectrices ayant déploré, ici ou ailleurs, la désinvolture du procédé consistant à faire apparaître une vulgaire page d'erreur en lieu et place de la page d'accueil. Si je n'ai pas pris part à la polémique qui s'en est ensuivie, malgré les commentaires équivoques dont j'ai pu faire l'objet, ce n'est pas seulement pour ma sainte horreur de ces querelles futiles dont la blogosphère a le secret, mais plutôt parce que je vois dans son geste comme une ultime marque d'élégance : apparue d'on ne sait où, comme une étoile filante, Corine F. est repartie comme elle était venue. Avec humour, sans un bruit, et… sans un mot de trop.


...........................................................(photo Rh.P.)

Alors, qu'est devenue Corine F. ? Si elle s'est beaucoup livrée sur son blog, on en sait finalement peu, sur elle. Elle travaillait dans le milieu médical, elle l'a suffisamment dit. Mais était-elle infirmière, médecin, visiteuse d'hôpital ? Et surtout : l'est-elle toujours ? Nul ne le sait. Entre autres, me revient ce billet où elle évoquait cette file de malades patientant devant sa porte, et dont elle décrivait chaque membre avec tact et humanité. Ce billet, le premier d'elle qu'il me fut donné de lire, j'ai passé des heures à en contempler le souffle ; aujourd'hui, je peux bien l'avouer, Corine F. est celle qui m'a donné envie d'ouvrir mon blog. Et même si mes phrases sont poussière à côté des siennes, c'est à elle que je dois d'avoir posé des mots sur mes peurs les plus profondes (bon, et mes phobies les plus risibles aussi, il est vrai).


..........................................(photo Anideg)

Oui, qu'est devenue Corine F. ? A-t-elle ouvert un autre blog, ou s'est-elle enfin lancée dans l'écriture de ce roman que nous étions nombreuses à lui réclamer ? L'hôpital, ce condensé d'humanité dont elle était la plus fidèle interprète, la plus émouvante aussi, l'a-t-elle arrachée à la blogosphère, réclamant son talent là où il était sans doute le plus utile, et certainement le plus nécessaire ? Je ne le sais pas ; ce que je sais par contre, c'est que, contrairement à ce que certaines langues de vipères ont prétendu, nous n'étions pas intimes, elle et moi. Un jour, je m'étais contentée de lui envoyer un mail, pour la remercier de l'extraordinaire billet qu'elle avait consacré à John Mitchell-Taylor, ce jeune danseur Noir condamné à mort par erreur et exécuté au Texas l'an dernier. Un billet, là aussi, qui m'avait touchée jusqu'aux larmes…


...................................................(photo Joël Zobel)

Où es-tu, Corine F. ? Accèdes-tu encore à Internet, de temps à autre ? T'égares-tu quelquefois sur tes anciennes pages ? Te vient-il parfois l'idée d'une nouvelle note, drôle et spontanée, intelligente et éclairée, que tu pourrais publier ? Sais-tu que, dans ce concert de hauts cris qui voit certaines de tes anciennes lectrices outrées se servir de leur blog de l'exacte façon dont, naguère, les dames de la bourgeoisie faisaient la charité, ta voix me manque ? Ta voix si douce et si ferme, ta voix si personnelle, si rebelle et féconde. Sais-tu aussi que, pour ma part (mais ce n'est là que l'interprétation toute personnelle que je donne à ton absence), je t'imagine parfois te lever, fière et droite, et marcher, calme et apaisée, vers le destin qui est le tien ? N'empêche. Où que tu sois aujourd'hui, et pour ce que tu as offert au monde des blogs, et ce que tu m'as apporté, au revoir, Corine F.… Au revoir et merci.


.................................................(photo Ali Baba)





(Ma participation au Diptyque d'Akynou)...

36 PETIT(S) COMPRIMÉ(S):

Anonymous samantdi a écrit...

Anitta, t'es trop forte !

:-))

25/1/07 6:17 PM  
Anonymous Maky a écrit...

Je n'ai évidemment pas connue cette personne, mais je comprends qu'elle était dans une autre dimension...
Mais...Il faut respecter
Amicalement

25/1/07 7:45 PM  
Blogger Maurice a écrit...

Il y en a une autre que je regretterai autant...

25/1/07 8:52 PM  
Anonymous ka a écrit...

Comme Maurice... avec tous les mots que tu as si bien choisis...Si Anitta C. disparaissait...

25/1/07 9:31 PM  
Anonymous Fauvette a écrit...

J'ai failli me faire avoir, au début, puis j'ai reconnu les photos !! Ah, ah ma belle Anitta, quel récit. Je me disais zut et moi je ne l'ai pas connue Corine F., dommage.
Bravo.

25/1/07 10:46 PM  
Blogger FD a écrit...

Sacrée imagination d'inventer une histoire qui tienne autant debout à partir d'une suite de photos..! Merci. Aaaah, Anitta ,que j'aime te lire...

25/1/07 10:48 PM  
Anonymous Blog-trotter a écrit...

Idem, ma Corinne F, c'est Bang Bang...
,)

J'ai adoré la mise en scène et en images de cette absence.

(Bon, Yann G va vous donner un rdv pour la pause. Je serais son assistant pour les frites, les moules et la bière :)

25/1/07 11:55 PM  
Blogger Asterie a écrit...

Pff j’en étais à regretter de n’avoir pas lu cette personne si… quand j’ai lu ton explication.
Puisque tu l’as créée, fais la donc changer d’avis revenir que je puisse ,enfin la lire.

26/1/07 8:56 AM  
Anonymous Fark a écrit...

Cette fiction ressemble à s'y méprendre à un hommage authentique et sincère. Encore une fois, je suis bluffé...
Hasta luego.
Fark

26/1/07 10:17 AM  
Anonymous avanaé a écrit...

PArfait ! J'y ai cru à fond les ballons ! :-))
Très belle participation, ceci dit ...! C'était quoi le départ , la photo de cette bagnole super chouette , chargée prête au départ ?
Bravissimo , Anitta !
Jamais autant aimé des comprimés, moi !

26/1/07 12:29 PM  
Anonymous Cristophe a écrit...

Je vois Corine F. comme un autre toi que tu regardes comme si tu n'étais pas toi. (Non non je n'ai pas abusé de l'alcool.)

26/1/07 12:30 PM  
Blogger tirui a écrit...

cela dit, je me demande qui t'a donné envie de te lancer dans la blogosphère jadis (désolé pour le "jadis" mais tu es une vieille blogueuse compte tenu de la durée de vie moyenne des blogs), surement une sorte de corine F. mais réelle celle-là, enfin réellement virtuelle.
Déjà un blog c'est virtuel mais imaginer un blog virtuel virtuel, il n'y avait que toi pour l'inventer. ;-)

26/1/07 2:53 PM  
Blogger brigetoun a écrit...

j'y ai cru et regretté un peu de ne pas avoir connu les billets (avec un petit moment d'étonnement quand tu évoques les injures que ton refus de polémiquer t'aurait values) jusqu'à : ma participation... mais il reste une jolie réflexion

26/1/07 3:22 PM  
Anonymous bricol-girl a écrit...

Mon com de ce matin n'est pas là alors je recommence, j'y ai bien cru jusqu'à la photo de l'Ami 6 que j'avais vu. mais je me demande quand mêm si tu nu prépares pas un mauvais coup.

26/1/07 6:47 PM  
Anonymous akynou/racontars a écrit...

Ça c'est ce qui s'appelle faire les soldes ! Total respect !

26/1/07 11:01 PM  
Anonymous Maky a écrit...

En attendant, le couillon de la farce qui était content d'être presque le premier...
Je le savais..."Les premiers seront les derniers" ;-)

27/1/07 12:24 AM  
Anonymous --->>> LAURENT a écrit...

annitta, c'est génialement écrit !!! moi je m'y suis totalement laissé prendre ... lol ...

Mais bon, maintenant j'ai compris: allez, dis nous la vérité, la vraie vérité, qu'est elle devenue Corinne F ? Qu'est elle devenue pour de vrai ???

27/1/07 9:41 AM  
Blogger Ally a écrit...

Doit bien y avoir une "Corine F" qui t'a inspirée cette fiction.. ;o)

Sinon, comme Maurice, y en a une autre que j'regeretterais autant ! Surtout que j'la connais depuis le tout début j'crois bien. :-)

27/1/07 10:12 AM  
Anonymous Junko a écrit...

Je ne connaissais pas le Dyptique en question, mais j'ai tout de suite su qu'il s'agissait de fiction. Pourtant, j'aurais vraiment aimé que cette Corine existe réellement, tellement tu donnes envie de la connaître ; et puis j'ai déjà essayé d'imaginer ce qu'étaient devenus des blogueurs disparus que j'aimais lire, alors cette histoire (magnifiquement écrite comme toujours chez toi) me parle d'autant plus... En espérant que toi, tu ne disparaisses jamais en ne laissant qu'une photo.

27/1/07 3:36 PM  
Blogger Imparfait présent a écrit...

Ah bon, elle s'appelle corine F. Bang-Bang ?

En tout cas, on s'y est cru dans ton texte.

27/1/07 3:52 PM  
Blogger Ally a écrit...

C'est qu'on s'attache en 2 ans ;o) Des bibis.

28/1/07 6:32 PM  
Anonymous elvi4 a écrit...

Admirable variation sur le deuil. Et cette absence imaginaire dit si bien la réalité de l'absence, que celle ci ne saurait devenir sans objet. En reniant Corine F. dans les commentaires, ne prends tu pas le risque de tout démiurge - à savoir que cette dernière n'affirme à voix haute et forte ta propre inexistence ? :-)

28/1/07 10:41 PM  
Anonymous Don Jerry Can a écrit...

Tien un p'tit comprimé de plus.Sympatique ce blog !

29/1/07 6:12 PM  
Anonymous Blog-trotter a écrit...

J'adore aussi la question de Elvi4...
Pensées existentielles...

29/1/07 11:04 PM  
Anonymous elvi4 a écrit...

>blog-trotter. Rien d'existentiel ici. Mais du très concret. Si Corine F existait, et s'était effectivement mise en congé de son blog para-médical (les files d'attente de malades, ça peut lasser, à la longue), n'aurait elle pas eu l'idée, de cette "voix si personnelle, si rebelle et féconde", d'inventer le personnage de la supposée Anitta ? Et tout ce qu'elle nous fit accroire jusqu'à présent n'était que le prologue au post ci-dessus. Ainsi faisait-elle d'une pierre trois coups : 1) nous faire sangloter sur son sort tout en demeurant confortablement cloîtrée dans son inexistence. 2) pouvoir nous parler de Lille dont sans doute, elle ignore tout (et ricaner à son aise devant les approbations appuyées des authentiques vieux Lillois). 3) conforter l'assureur-vie qui a certainement versé à ses proches une somme assez considérable.
L'existence de l'ex blogueuse Corine F. ayant inventé la substitutive et virtuelle Anitta, et profitant de son immense talent pour nous faire croire exactement l'inverse, ne me semble pas loin d'être établie. Mais chut...

30/1/07 2:16 PM  
Anonymous Delphinium a écrit...

Votre histoire semblait réelle... je me suis demandée une fois comment je pourrais tirer ma révérence si j'avais l'envie de fermer mon blog... je n'ai pas encore trouvé la réponse.

30/1/07 7:46 PM  
Anonymous Corinne F. a écrit...

Qu'est devenue Corinne F…
Elle est venue, elle a vu, elle a chu.
Haine aidant, je préfère avec un de plus et si de disparaître revient à une erreur fatale, je suis une erreur.
Source de polémiques à cause d'une rupture, la mienne fut source de mort subite. Ce que chacun et chacune vivait intensément au travers de ces billets que je voulais aimants, je l'ai vécu moi-même mais dans un grand tourment.
Ces vibrations jubilatoires, ces frénésies, ces jouissances virtuelles que vous entreteniez tel l'adolescent qui s'ouvre aux appétits des hommes, je les ai consommées, je m'en suis goinfrée.
Si, de ces frustrations que le silence a dévoilées, sont nées des colères, insultes et autres révélations que le bonheur s'écrive en majuscule, vous vous êtes accomplis.
Je le faisais moi aussi et les malades qui étaient miens , en étaient l'essence, ma raison d'être, ma vie, mes espoirs.
La maladie du corps n'affaiblit que la chair, la maladie de l'âme elle, meurtrit l'indestructible, torture l'insaisissable, point de salut à qui la nourrit par un passé meurtri.
Médecin, non, je ne promets pas, infirmière, non plus, je ne bande pas, visiteuse, par nécessité. Regarder un visage, soutenir un regard parti malgré les barreaux, oui, il faut être présent et en prendre le temps.
Alors, c'est çà, j'étais la liberté virtuelle des prisonniers que je visitais.
En effet, la file d'attente était longue, mes silences aussi. Meilleur est le silence, meilleure est la thérapie, l'homme qui se parle en me fixant n'attend pas de réponse. Il scrute au fond des yeux qui le regardent ce qu'il aurait pu être, il est près à tous les sacrifices pour qu'une larme coule de ces yeux où il relit sa vie…
Il n'y a pas d'antidote à cette maladie et elle transmissible à l'homme par l'homme. (Homme au sens littéral)
Contagieux qu'il était, je sombrai moi aussi.
Le temps donné au temps, me permit de l'accueillir lors de sa convalescence. Mes remèdes dorénavant n'étaient que pour lui.
La liberté des sens maintenant retrouvée, il guérissait, j'étais ravie.
Une nouvelle médication était née, l'amour.
Malheureusement, à forte dose, la rechute est à craindre, il n'y résista point.
S'en allant voir un autre médecin, je ne pus l'accepter et préférai à cela la guérison éternelle.
Ces dernières années, fixant à mon tour le fond des yeux de cette jeune personne, je racontai mon échec, elle m'écoutait, me prit la main, esquissa un léger sourire et dit en se levant :
- Tiens bon, tu n'as plus que 6 mois à faire, ma petite maman.

Son ordinateur est bien plus évolué que celui que j'avais.
J'aime bien vous lire, tous et toutes, mais maintenant je pars.
Mon numéro matricule 2 14424

30/1/07 8:17 PM  
Anonymous Blog-trotter a écrit...

Sourire. Voilà un net réchauffement existentiel (un mardi) de l'affaire Corinne F.

30/1/07 9:50 PM  
Anonymous avanaé a écrit...

Aucun rapport...Mis ne pas oublier ce soir :
http://www.amisdelaterre.org/-Actualite-.html
On éteint tout 5 mn, entre 19h 55 et 20H...

1/2/07 9:36 AM  
Anonymous jean-pierre a écrit...

Tu en parles tellement merveilleusement bien qu'on aimerait tellement l'avoir connue !

1/2/07 3:40 PM  
Anonymous Junko a écrit...

Pour répondre à ton commentaire, j'ai gardé le contact avec 3 ex blogueurs (sur la quinzaine que j'ai totalement perdu de vue puisque je me ballade sur la blogosphère depuis déjà plus de 5 ans). 2 d'entre eux m'ont dit qu'ils lisaient occasionnellement leurs anciens blogs favoris, moins souvent qu'avant mais repassaient de temps en temps par curiosité. La troisième, je ne lui ai jamais posé la question, mais étant donné qu'elle me commente parfois, j'en déduis qu'elle continue à visiter les blogs. Il en reste quand même une douzaine qui ont totalement disparu : des blogs, de ma messagerie et même d'msn, donc ces trois là ne sont pas forcément représentatifs. Je sais en tout cas qu'à chaque fois que j'ai fermé mes blogs, parfois pendant une durée de six mois, je continuais à lire des blogs. Et d'ailleurs c'est le fait de les lire qui me donnait envie de revenir...

2/2/07 10:46 PM  
Anonymous Maky a écrit...

Ah, Non ! maintenant c'est trop...et en plus y a deux "n" !
J'joue pu...;-)

3/2/07 12:34 AM  
Anonymous laurent a écrit...

Coucou Anitta, si tu en es d'accord je te passe le relais pour que tu dévoiles à tes fans dont je suis cinq aspects de ta vie ou de ta personnalité que nous ne connaissons pas ...

3/2/07 10:04 AM  
Anonymous lulu a écrit...

G posé un regard sur une phrase et je suis tenté de parcourir tout ton blog !!
T géniale !!

3/2/07 11:22 AM  
Anonymous LaVitaNuda a écrit...

Très chouette !
Maintenant, il nous faut une Corinne F.
C'est malin !!!
:-)

3/2/07 1:34 PM  
Anonymous Corinne F. a écrit...

Anitta,
J'espère que tu ne m'en veux pas ?
M'être dévoilée de manière aussi impudique...j'avoue ne pas en être fière.
D'une "Ami 6" proche, je ne peux attendre que pardon et si tu veux je te communiquerai mon blog.
Tu seras décue...nous ne sommes que des humains !

3/2/07 7:37 PM  

<< Home