27.6.05

My name is Croft.

L'homme était attaché à un poteau au milieu d'une petite clairière, les mains dans le dos et le torse dénudé. J'ai pris mon couteau et j'ai commencé à couper la corde. Quand j'ai eu rompu ses derniers liens, il est tombé inanimé sur le sol gelé.

Pfff ! Tout ça à cause de trois malheureux jours sans boire et sans manger, à demi-nu dans la neige. Je lui ai prêté ma gourde.
– Ne faites pas l'enfant, voyons, j'ai dit. Relevez-vous !
– Qui… Qui êtes-vous ? il a bredouillé d'une voix lasse.
– My name is Croft, j'ai répondu. Anitta Croft.
– Enchanté, il a grimacé. Moi je suis James B…
– Chut, pas de noms, 007, j'ai fait. Vous pouvez marcher ?

Je l'ai chargé sur mon épaule, mais c'est qu'il était lourd l'animal ! et je suis entrée dans le château par une porte grillagée que j'ai fait sauter avec ma poudre magique. Nous n'avions pas fait dix pas que nous sommes tombés face à deux gardes armés jusqu'aux dents.
– 我想念你 京劇 ? a demandé le premier.
– 念你京劇想 念 ! j'ai répondu en rigolant.

Il ne s'est pas méfié, et alors tchim poum pah ! Je l'ai mis KO d'un atémi sur le crâne, tandis que je lançais mon couteau dans l'œil de son copain (de la main gauche, pas ma meilleure pourtant). L'autre a un peu saigné, et James B. est devenu tout pâle.
– Oh vous alors, il a bafouillé avant de s'évanouir.
– Et voilà ! j'ai râlé. 007 tombe dans les pommes ! Et maintenant, qui c'est qui va être obligée de poser les bombes toute seule, hein ? Cherchez pas, c'est Bibi ! Ah çui-là, je vous jure…

Bon, j'installe les détonateurs, je règle la grande aiguille du réveil sur : "Cinq minutes", et je lance une corde dans la cheminée qui conduit au laboratoire de recherche. Je charge B. sur mes épaules, et je commence la descente. Sans respirer, pour rester zen.
– Halt ! j'entends quand je touche le sol.
– Koikinya ? je fais.
– Голгофа России cхватка за власть спекуляц ? me questionne un gars en blouse blanche.
– Qu'est-ce qu'il a dit ? me chuchote James.
– Il m'a demandé le digicode, je lui souffle. Vous avez une idée ?
Il a plissé le front.
– Essayez "23 10 1958".
– Pourquoi ? je dis.
– C'est ma date de naissance ! il répond.
– Между правдой и истиной Об истории вокру, je dis au gars.
– Qu'est-ce que vous lui avez dit ?
– "06 85 96 12 72".
– Mais c'est quoi, ce numéro ?
– Le portable de Loïc Le Meur, je dis, en finissant d'assommer le laborantin.
– Anitta, je… Vous êtes vraiment formidable ! me fait J.B.
– Oui, ben on n'a pas le temps de conter bluette, mon beau. Vous me donnerez votre numéro de portable plus tard !

On entre dans le laboratoire, je pique le vaccin ultra-rare que le Président va devenir fou si je ne lui ramène pas illico presto cette petite fiole (non, ce n'est pas une contrepèterie) que je glisse dans ma poche, j'en profite pour prendre le plan des caves de la cité des 4000 (ça peut toujours être utile à mon gouvernement) et je décide de sortir de l'usine par le garage. Hélas ! De chaque côté du parking sortent des militaires dont la seule ambition est de nous faire passer un mauvais quart d'heure.
– Accrochez-vous à ma taille ! j'ai fait.

J'ai démarré la moto à fond les manettes, et là ç'a été juste, mais on a réussi à passer entre les balles, avant que la barrière commandée par le moustachu ne se referme devant nous. A ce moment-là, les bombes que j'avais installées dans l'usine ont explosé, et un grand nuage de feu s'est élevé dans le ciel.
– Ouf, j'ai fait, une fois qu'on fut rentrés à l'hôtel.
– Anitta ! Anitta !

Avant de regagner nos pays respectifs, James et moi, on s'était promis de prendre un dernier drink ensemble. Et donc, depuis dix bonnes minutes, je l'attendais près de la piscine.
– Où êtes-vous, James ?
– Là-haut ! Là-haut !
Il était sur le plongeoir des cinq mètres.
– Regardez, Anitta. Je vais faire une bombe !
– Mais vous allez mouiller votre cost… j'ai tenté.
– SPLASH !

Plus tard, au restaurant :
– Vous savez Anitta, il me fait. J'ai connu bien des femmes, dans ma vie. Mais là je dois dire…
– Ta ta ta ! j'ai coupé. Pas de ça avec moi ! J'ai vu tous vos films, vous saviez ?

A cet instant-là, un serveur malais dissimulé derrière la porte des cuisines a lancé un énorme poignard dans sa direction, mais j'ai réussi à mettre mon menu devant lui pour le protéger. James a regardé le morceau de carton qui venait de lui sauver la vie... et il a aussitôt tourné de l'œil. Entraînant la nappe dans sa chute, il s'est affalé au pied de la table.
– Et allez ! j'ai maugréé. Avec ça, c'est encore ma pomme qui va régler l'addition !

Avant de me pencher sur cette grande chiffe molle, j'ai eu le temps de tirer une balle hypodermique sur la chanteuse de jazz (avant qu'elle n'échange son fume-cigarettes avec une sarbacane à flèches empoisonnées) et de mettre le feu aux rideaux (derrière lesquels un nid de serpents venimeux venait d'être jeté par la fenêtre).
– Mais qu'est-ce qu'ils ont tous, aujourd'hui ? j'ai bougonné. C'est Tarantino qui réalise l'épisode, ou quoi ?

J'ai pris un rollmops et un Tuc dans les gâteaux apéritifs, et je me suis enfin préoccupée de 007. J'ai collé un petit miroir devant ses lèvres pour voir s'il respirait toujours (la réponse était oui), et j'ai desserré le col de sa cravate.
– Bon alors, le héros, j'ai grogné. Toujours dans le coltard ?

Là, j'ai fait comme on m'avait appris à l'école : j'ai incliné sa tête en arrière, j'ai sorti sa langue de sa bouche en la pinçant entre mon pouce et mon index, et j'ai insufflé dans sa gorge une petite goulée d'oxygène.

Rien.

Je ne me suis pas affolée, et j'ai recommencé tranquillement. C'est au moment où, reprenant mon souffle pour la troisième fois, je m'apprêtais à lui déverser la bouteille d'Evian sur le front que j'ai enfin senti son corps réagir.

Tournant brusquement la tête vers le radio-réveil, mon mari s'est braqué vers moi avec sa mine des mauvais jours.
– MAIS QU'EST-CE QUI TE PREND ? il a crié. IL EST TROIS HEURES DU MATIN ! TU VEUX PAS DORMIR ?
– Ouais, si on peut plus s'amuser, j'ai fait en me retournant...




(photos X)

16 PETIT(S) COMPRIMÉ(S):

Anonymous nam-nam a écrit...

j'adore! encore!

27/6/05 11:25 AM  
Anonymous samantdi a écrit...

J'adore !
Et je comprends enfin le plaisir d'être une héroïne, une vraie !

(tagagada tagada tagada, je pars sur mon cheval au galoooop...tagarda tagada tagada)

27/6/05 11:51 AM  
Anonymous tout simplement béa a écrit...

Découvert grace à Veuve Tarquine, je ne me lasse pas de rire des mesaventures de 007 pour le plus grand bonheur de Croft, Anitta Croft svp !!! encore ! encore !

27/6/05 11:58 AM  
Anonymous akynou a écrit...

des larmes au rire. t'en feras jamais d'autre toi :-)
Bises

27/6/05 1:17 PM  
Anonymous Batims a écrit...

Egalement grace à Veuve Tarquine, je me suis bien ammusé! encore, encore!

27/6/05 2:26 PM  
Anonymous Anne a écrit...

Excellent Anitta !

Je t'attends avec impatience pour les JO afin de connaître la suite :-D

Et merci à Tarquine, je vois qu'il y en a enfin une qui a trouvé la méthode pour te faire finir très vite tes notes !!!

27/6/05 2:48 PM  
Anonymous Mel'O'Dye a écrit...

je viens (comme beaucoup j'ai l'impression) de suivre le fil de chez Tarquine ...
... et je sens que je vais pas tarder à faire une descente dans tes archives ...

27/6/05 4:12 PM  
Anonymous Wendy a écrit...

J'ai adoré...

27/6/05 4:25 PM  
Anonymous Wendy a écrit...

Et puis c'est tellement rassurant de savoir que le numéro de portable de LLM sert `quelaue chose... ;-)

27/6/05 4:28 PM  
Anonymous kadi a écrit...

Quel suspense, je ne m'attendais pas au coup de poignard. Vive Anitta Croft.

27/6/05 4:30 PM  
Blogger Ally a écrit...

Toi t'as trop regardé Alias ! :D

27/6/05 7:51 PM  
Anonymous tgtg a écrit...

的去申請
et
re-的去申請
:o)))

28/6/05 12:11 AM  
Anonymous barnabé a écrit...

Note à moi-même: "plus jamais ne lira des notes d'Anitta avec une cheville gonflée comme une baudruche de foire du trône, les secousses rigolardes, ça fait trop mal"

;-)

28/6/05 2:40 PM  
Anonymous Aude dite Orium a écrit...

Ah! toi aussi ? ça rassure, quand on est pas tout seul dans son cas, ça rassure...

28/6/05 3:06 PM  
Blogger Maurice a écrit...

Dis, Lara, tu m'envoies un peu de neige ? Sinon c'est bientôt moi qui aurai besoin d'être réanimé !

29/6/05 12:38 AM  
Blogger l'Araignée a écrit...

m**** alors! Je m'apprêtais justement à poster un billet intitulé "my name is Croft"!!
Comment je vais faire...

29/6/05 6:12 PM  

<< Home